M. Rajoy, il est grand temps de revoir votre copie !

Après avoir mis en doute les capacités de M. Rajoy à produire une dissertation de philosophie digne du niveau du « bachillerato », le baccalauréat espagnol,

http://desideriusminimus.blog.lemonde.fr/2017/11/03/de-la-distinction-entre-legalite-et-legitimite-et-du-bien-que-ferait-a-m-rajoy-un-petit-devoir-de-philo-de-terminale/

voilà que Stultitia s’interroge sur sa clairvoyance politique :

« Nous sommes du bon côté de l’Histoire », affirmait-il il y a deux jours.

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/12/22/le-pari-perdu-de-mariano-rajoy_5233346_3232.html

Cette Histoire, en tous cas, semble prendre un malin plaisir à le détromper une fois de plus.

Peut-être serait-il urgent, avant de commettre de nouveaux dégâts qui risqueraient d’être irréparables, d’en tirer enfin les conséquences.

‘’M. Puigdemont a lancé un message au premier ministre espagnol : « M. Rajoy, faites de la politique ! »’’ (de l’article cité plus haut).

Au point où en sont les choses, on se demande surtout si la meilleure politique ne serait pas, enfin, de laisser la place.

Car la situation, qui reste certes délicate, exige d’urgence un « changement de paradigme » que M. Rajoy ne semble pas en mesure de promouvoir.

Charge à lui de nous faire mentir !

Mais comme se plait à le répéter Stultitia à la suite d’Einstein:

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré ».

Sans plus de commentaires pour aujourd’hui, juste une petite suggestion faite à la suite d’un article du Monde :

Après avoir gravement déstabilisé par son obstination déraisonnable la vie politique et économique de la Catalogne et de l’Espagne, M. Rajoy doit désormais laisser la main. Et le déni de démocratie castillan et européen doit laisser place à une approche enfin capable de concilier respect de la diversité et construction d’un projet commun. Ce n’est jamais que  le désir maintes fois répété des catalans et autres peuples minorisés.

 

Et de bonnes fêtes à toutes et à tous !

 

Ajout du 23/12:

Rappelons encore que, contrairement à ce qui est répété en boucle, les indépendantistes n’ont pas gagné en nombre de sièges et perdu en nombre de voix.

L’affaire est plus compliquée que cette affirmation qui console à moindre frais les nationalistes castillans et leurs émules européens.

Car on estime à une moitié des électeurs de CatComù-Podem (Podemos 7,45% des voix) ceux qui, outre la revendication d’un référendum, se prononcent pour l’indépendance.

On ne peut donc les additionner purement et simplement aux « anti-indépendantistes ».

De même, le PSC (Parti Socialiste Catalan 13,88% des voix) ne peut que par supercherie être assimilé aux « unionistes », puisqu’il se prononce pour la révision de la constitution de 1978 dans le sens de l’Estatut de 2006 (abrogé à l’instigation du PP) et pour la création d’une fédération de nations au sein de la nation espagnole. On est donc là encore aux antipodes de M. Rajoy et de Mme Arrimadas.

Avec le seul Cuitadans et le pâle fantôme qui subsiste du PP (29,61 % des voix à eux deux contre 47,49% aux trois partis catalanistes, sans même compter les ajouts probables issus de Podem et du PSC), on est donc bien loin d’avoir une majorité « unioniste » en Catalogne, en dépit des fantasmes des nationalistes castillans, largement répercutés par les médias.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_au_Parlement_de_Catalogne_de_2017#Voix_et_si%C3%A8ges

 

3 commentaires sur “M. Rajoy, il est grand temps de revoir votre copie !

  1. Bonjour desiderius,

    en tant que catalan, je suis ravi de voir avec vos différents articles, enfin quelqu’un qui prend la peine d’analyser la situation et qui se renseigne avant de commenter.
    Car effectivemment, le responsable de cette situation n’est pas l’Espagne, ce ne sont pas les catalans, c’est Rajoy et son parti corrompu, qui ont systématiquement refusé toute discussion avec les régionalismes. Ces régionalismes sont l’essence même de l’Espagne qui n’est pas un pays centralisé fort comme peut l’être la France, mais une confédération de peuples ibériques, dont les castillans sont majoritaires.

    Pour ceux qui en doute, effectivemment les indépendentistes ont eu le plus de voix le 21D, Podem-Cat En Comù ne peuvent être rangés dans les non-indépendentistes. De plus, même s’ils vont faire partie de l’opposition, les podemos sont pour la tenue d’un référendum. On a donc d’un côté, les indépendentistes (dont la réclamation de début était le retour à l’Estatut de 2006, qui permettait d’avoir l’autonomie fiscale et administrative, comme d’autres régions l’ont actuellement) qui avaient été élus pour faire ce referendum et étaient majoritaires au Parlement.

    La société catalane est divisée, certes, mais entre les catalans natifs et les espagnols venus travailler et s’installer en Catalogne (particulièrement à Barcelone et à Tarragone) au cours de ces dernières décennies.
    Ces derniers ont tous voté Arrimadas (la Macron « catalane »), dont la campagne s’est résumée à : « je suis une fille d’immigrée, je suis une femme et je suis contre l’indépendance, votez pour moi ». Suite à la victoire des indépendentistes, on parle de la région Tabarnia séparée de la Catalogne sur les journaux pro-Ciudadanos. Cette région qui n’a jamais existé et prendrait la région de Barcelone et de Tarragone, correspond aux régions où les unionistes ont été majoritaires. C’est la réponse des démocrates unionistes espagnols.

    Malheureusement, bien que le vote du 21D n’a fait que confirmer la volonté du peuple catalan et rétablir les partis au pouvoir avant l’application de l’article 155, la justice espagnole a refusé la liberté conditionnelle de Junqueras et refuse toujours le retour de Puigedemont. Ce qui fait que 8 députés ne pourront être là le jour de l’investiture et que comme par magie, Arrimadas aura du coup, la majorité pour faire son gouvernement! C’est ça la « démocratie » en Espagne.

    La situation ne peut se débloquer sans l’action d’un médiateur, ce qui ne risque pas d’arriver pour deux raisons, les médias et les états européens :
    * La raison du silence complice des autres pays européens est, pour moi, qu’ils craignent pour l’intégrité de leur propre territoire. Si la Catalogne devient indépendante, combien de temps faudra-t-il pour que la Flandre, la Corse, la Lombardie, la Bavière, le Tyrol etc… se mettent à demander la même chose? En pleine période d’incertitude et de négociations sur le Brexit, où l’UE se doit de montrer plus que jamais son unité.
    * Je suis extremmement déçu par l’attitude des médias étrangers qui ne font que suivre les médias espagnols, clairement partiaux. Ceux-ci ne font qu’attiser la haine envers les Catalans, déjà extremement présente en Espagne depuis très longtemps.
    Pour ceux qui en doutent, vous pouvez trouver les vidéos des villes espagnoles qui « encouragent » la Guardia Civil en partance pour la Catalogne avant le referendum du 1-O, au son des « A por ellos! » (« Chopez/tuez les! » Un des cri de guerre des franquistes pendant la guerre civile).

    Je suis un peu dépité concernant la réaction de la plupart des gens qui ont la chance d’être indépendant dans leur pays où ils ont le droit de décider leur destin par le vote et je suis très content que vous soyiez un des rares à essayer de pourfendre les choses fausses qu’on entend actuellement.

    Pour apporter également ma pierre à l’édifice, voici des précisions sur beaucoup de choses invraisemblables qu’on entend/lit en ce moment (vous pouvez vérifier les sources sans aucun problème sur Internet) :

    * La Catalogne s’est appauvrie depuis le référendum : elle s’est tellement appauvrie que son PIB a augmenté de 0.8% au cours du dernier trimestre 2017 (chiffres de la Banque centrale Espagnole)

    * Le chômage aurait explosé : Le chômage est à 12,54% en Catalogne en 2017, en baisse donc.

    * La Catalogne survit grace à l’argent espagnol : La Catalogne est un contributeur net de l’Espagne à hauteur de 18 milliards par an (390 milliards depuis 1986, toujours selon la Banque centrale Espagnole)

    * Les catalans sont xénophobes et déteste l’Espagne : pour rappel, la Catalogne a toujours été une terre d’accueil pour les Andalous, castillans etc… alors qu’ils mourraient de faim chez eux faute de pouvoir trouver un travail. Sans compter que la candidate aux élections pour Ciudadanos est andalouse. L’ennemi est le PP de Rajoy (créé par les franquistes pour rappel), pas l’Espagne.

    * Les catalans sont égoistes et ne pensent qu’à eux : la Catalogne est tellement égoiste que c’est une des seules régions d’Espagne à avoir combattu les franquistes lors de la guerre, sans parler de ceux qui se sont engagés dans la Division Leclerc pendant la 2ème guerre mondiale. Contrairement à ce que l’on etend, ce n’est pas un problème d’argent. Depuis le rattachement définitif de la Catalogne à l’Espagne en 1714, la Catalogne a toujours participé à l’effort financier en Espagne, en échange de droits autonomiques étendus (mais pas autant de droits que certaines régions). Ce que veulent les Catalans, c’est récupérer les droits supprimés en 2010. S’ils sont rendus, l’indépendentisme fondera comme neige au soleil.

    * 3000 entreprises sont parties de Catalogne : ces 3000 entreprises sur les quelques 280.000 qui existent en Catalogne, ont juste changé leur siège social dans une autre région d’Espagne, en gros, transformation d’une succursale en siège social, ce qui était interdit en Espagne. Les usines, fabriques, succursales etc… n’ont pas bougé de Catalogne. Ce changement de siège a été possible par le vote express le lendemain du referendum du 1-O, d’une loi qui facilite le transfert (le gouvernement Rajoy a freiné le vote de cette loi pendant 4ans, de peur que les entreprises aillent s’installer en Catalogne) et qui permet à la « région » de Madrid de fixer des taux d’impôts différents de ceux du reste de l’Espagne. De plus, un scandale a éclaté en Espagne, car les entreprises en question auraient subit des pressions pour partir et certaines seraient des partenaires économiques du PP.

    * Les Catalans l’ont cherché et en plus ce sont des fanatiques embrigadés : rien ne serait arrivé sans le rabotage de l’Estatut en 2010, par volonté du PP, qui ne veut pas d’une Catalogne forte et en concurrence avec la Capitale. En 2006, seulement 12% de la population était indépendentistes alors qu’au moins 47% l’est aujourd’hui (plus une partie indéfinie des Podemos). Si le PP n’avait pas tiré le premier, rien ne serait arrivé.

    * L’Espagne est une et indivisible, et un referendum d’autodetermination est impossible et anti-constitutionnel : d’après l’article 2 de la Constitution Espagnole oui, MAIS, l’article 149 permet au chef de l’état espagnol de lancer un referendum d’autodetermination. Donc c’était tout à fait possible, si Rajoy l’avait voulu. Les dirigeants catalans, élus pour obtenir un referendum sur la question, ont essayé de discuter avec Rajoy là-dessus mais se sont retrouvés face à une porte fermée pendant des années jusqu’à décider de manière unilatérale de faire le référendum.

    * Les Catalans ont fait un coup d’Etat : définition d’un coup d’état : Renversement du pouvoir, souvent de façon brutale par la force des armes. Ici les armes étaient des bulletins de votes dans des urnes lors de manifestations pacifiques, face aux charges de la Guardia Civil.

    J’espère avoir pu contribuer un petit peu pour que les gens arrêtent de croire que c’est l’histoire du « gentil Rajoy, le chevalier défenseur de la patrie » face aux méchants, égoïstes et brutaux catalans.
    J’espère que les deux parties se réuniront enfin autour d’une table (pourquoi pas avec l’UE en médiateur) et qu’ils suiveront la pensée de Nelson Mandela : « Travailler ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit, et donner l’espoir là où règne le désespoir ».

  2. Bonjour Michel-Ange,
    Et un grand merci pour ce commentaire approfondi et informé avec lequel, comme vous pouvez l’imaginer, je suis entièrement d’accord.
    Cordialement à vous.

  3. Merci à vous.

    Il y a tellement de choses à dire et de mensonges à combattre que je me suis lancé et je vous ai écrit un roman, qui reste incomplet.

    Le problème de l’opinion publique (comme on peut le voir notamment dans les commentaires du Monde), c’est qu’elle ne lit pas l’espagnol, et encore moins le catalan et que donc quelques individus (je ne citerai personne mais vous voyez certainement de qui je veux parler) récitent toujours les mêmes choses sans que personne ne puisse vraiment vérifier.

    Ils s’offusquent d’Erdogan qui fait basculer de plus en plus la Turquie dans la dictature autoritaire en modifiant les lois à sa guise et dans son intérêt, MAIS trouvent normal Rajoy et ses actions parce qu’il est soutenu par tous les Castillans.

    Ils trouvent cela normal que les gens puissent voter, décider leur destin et le droit des peuples à disposer d’eux mêmes, MAIS considère que le fait de voter lors d’un referendum en Catalogne est anti-constitutionnel.

    Ils sont pour la liberté d’expression et font silence devant les manifestations de la Falange Espagnole qui chante « Cara al Sol » devant el Valle de los Caidos MAIS considèrent que les dirigeants indépendentistes qui appliquent le programme pour lequel ils ont été élus, sont des terroristes fascistes.

    Ils considèrent également que c’est normal que l’Ecosse ait eu le droit de faire un vote pour l’indépendance et que ce soient les seuls Ecossais qui votent pour choisir leur destin, MAIS considèrent qu’il ne doit pas y en avoir en Catalogne et que si finalement il y en a un, tous les Espagnols doivent se prononcer.

    J’espère un jour qu’ils verront l’hypocrisie de leur point de vue et j’espère qu’ils ne seront pas surpris le jour où (face à la haine constante à leur égard), les Catalans se lasseront de tendre l’autre joue.

    Merci pour votre combat et je reste à disposition si besoin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s