Malgré tout, de quelques discrètes victoires contre l’intolérable qui font aimer le printemps. Brève.

Les crimes commis par la junte Birmane, ainsi que la façon dont certains prétendent les justifier, me remettent en mémoire une réflexion rédigée il y a quelques années à propos de la distinction entre « moindre mal » et « intolérable », et qui reste hélas d’actualité.

Ainsi, le vice-ministre de la défense de la Russie, Alexandre Fomine, considère-t-il la Birmanie comme « alliée loyale et partenaire stratégique » et participe-t-il a des « parades militaires » et des « dîners de gala » avec les hauts dignitaires de la junte, alors même que « samedi, jour de la parade, au moins 100 manifestants ont été tués par les balles des forces de l’ordre ».

Mais bien sûr, pour les médias russes, de telles informations ne sont « pas confirmées »

Sans doute les crimes de la junte Birmane n’atteignent-ils pas les sommets d’horreur dont le clan Assad est responsable en Syrie, alors que nous commémorons cette année le triste dixième anniversaire du « Printemps Syrien ».

Ni ceux que le général Franco a pu commettre contre son peuple.

Mais c’est pourtant toujours sur le même ressort qu’on joue : pour les autorités russes, par ailleurs protectrices du clan Assad, en Birmanie, l’armée « respecte les dispositions de la Constitution ».

Tout comme certains, et non des moindres, dénonçaient les « erreurs commises » par les occidentaux, en l’occurrence le fait « de ne pas écouter les chrétiens de Syrie et du Liban, qui avertissaient que, si le régime de Bachar était cruel, le suivant serait pire » (dans le post mentionné ci-dessus).

Vieille rengaine franquiste qui agitait la peur – en partie justifiée certes – des anarchistes et autres bolchéviques mangeurs de curés et de catholiques pour justifier les centaines de milliers de morts et de torturés dont le franquisme se faisait l’artisan consciencieux. « Viva la muerte ! », n’est-ce pas ?

Pourtant, quelques rayons d’espoir dans cette veule justification de l’intolérable tellement habituelle.

Pour ce qui est de la Syrie, tout d’abord.

Certes, le chemin sera long, mais les procès et jugements se multiplient, qui rompent le silence et le déni et mettent enfin en cause certains responsables de l’ignominie.

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/18/le-long-combat-contre-l-impunite-des-criminels-du-regime-syrien_6073535_3210.html

Espoir rendu possible en particulier par le recours à la notion de compétence universelle.

Mais aussi, après le rapport Stora concernant l’Algérie, « un pas décisif vers la vérité » est désormais accompli grâce au rapport Duclert sur le Rwanda, si tant est que « ni la paix ni le renom d’un pays ne prospèrent sur le mensonge ».

Caillou supplémentaire dans la chaussure d’un ex-président dont « l’année » se fait – fort heureusement – bien discrète, et de quelques-uns de ses ministres, sans doute, mais tout à l’honneur de celles et ceux qui œuvrent, en dépit des immenses difficultés, à la lutte contre l’intolérable.

À suivre. En espérant qu’il ne s’agit là que d’un début prometteur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s